Plaisirs Royaux : Le Rococo par Alexia Sinclair

La jeune (et belle) australienne Alexia Sinclair a décidé une nouvelle fois de marquer les esprits. Après le succès de ses précédentes collections A Frozen Tale, The Regal Twelve et The Art of Saving a Life, la voici qui revient, en ce mois d’avril 2015, avec sa nouvelle série sobrement intitulée Rococo.

Ce mouvement artistique du XVIIIe siècle censé (presque) être selon l’historien d’art Wölfflin « un délire architectural de malade, des décors de feuillages en pagaille et un style de mac vénézuélien », inspire donc Alexia Sinclair pour cette série presque énigmatique. Evoluant dans les jardins de la haute-société française, le spectateur s’offre dans une première partie, une contre plongée coquine sur les modèles qui posent dans un esthétisme très recherché. La puissance des femmes au cours de cette période était sans équivalent : elles étaient au cœur des intrigues, elles tiraient les ficelles des instances royales (Madame de Pompadour au sommet), elles faisaient la pluie et le beau temps à la Cour et dans les salons ; je vous renvoie ici à toute une littérature (Laclos, Sade, Rousseau) et en peinture à Fragonard, Boucher, Tiepolo et les autres.

« Good old days » diront certaines d’entre vous ! Mais au-delà de la peinture et de la littérature, c’est véritablement à un art de vivre qu’Alexia Sinclair fait référence : bijoux, plumes, parures, et les vêtements les plus sophistiqués sont offerts à la vue du spectateur, qui s’immisce dans les volutes des jardins privés, et aux tables des domaines de campagne. Ce luxe poudré adoucit les tons et les figures, il donne un aspect authentique à la mise en scène en ajoutant une certaine douceur. Rien d’ostentatoire n’est à noter dans la série d’Alexia Sinclair, tout n’est que raffinement et érotisme discret, qui ne suggère plus qu’il ne dévoile. Sur les natures mortes, c’est à peine si l’on distingue les bijoux (dont le collier de Marie Antoinette) cachés dans les bouquets de fleurs, tant leur beauté accapare notre réflexion.

Ode à la beauté et à la femme, Rococo réussit à intégrer dans une référence ancienne, un esthétisme contemporain et acidulé absolument génial.

N’hésitez pas à faire un tour sur le site de l’artiste qui regorge de visuels somptueux !

Crédits photographiques : Alexia Sinclair

Les commentaires sont fermés.