« PsychoBarn » : la surprise de Cornelia Parker au Metropolitan Museum

artctualite-manoir1

Cette baraque a surement hanté vos cauchemars. On imaginait son toit battu par une averse diluvienne,   des éclairs se refléter dans les carreaux, et un type pas accommodant du tout sur le perron.

artctualite-manoir3

Cette maison des horreurs fait son come-back sur le toit du Metropolitan Museum de New York mardi prochain, pour le plus grand bonheur des fans d’Edward Hopper et d’Alfred Hitchcock. Intitulée « Transitional Object « (PsychoBarn) », l’installation haute de 8m est une réplique aux 2/3 du célèbre manoir de Norman Bates dans Psycho (1960). Placée sur le toit du musée, la maison a été entièrement faite à partir des matériaux d’une ancienne maison des années 20. Cornelia Parker revendique ouvertement l’influence d’Hitchcock, mais aussi celle d’une peinture d’Edward Hopper datée de 1925 « House by the Railroad », visible au MoMA. Ayant grandi dans une ferme isolée à la campagne, l’artiste est restée fascinée par ces maisons plantées dans la « land ».  En 1991, pour son installation « Cold Dark Matter : An Exploded View », elle avait demandé à l’armée britannique de bombarder une maisonnette de campagne, avant de rassembler tous les morceaux et de les suspendre dans l’espace. Tout un programme !

artcutalite-manoir2

« PsychoBarn » fait donc à la fois référence à la peinture des années 20, au cinéma hollywoodien et à l’image mentale de la peur. En réduisant sa taille initiale, elle casse le côté impressionnant de l’édifice pour le montrer sous un nouveau jour, celui d’un simple décor inoffensif. Ce manoir est l’incarnation absolue, pour n’importe qui, d’une maison hantée, il n’y a qu’à voir chez Disney, et pourtant on le regarde sous un autre angle, celui de la performance artistique. Car, pour Cornelia Parker le but était de démonter jusqu’à la dernière planche, une « barn » (ces fameuses granges rouges et blanches), et d’en faire un décor de cinéma. Destruction, renaissance, et nouveau message.

Ce sont les voisins qui vont être contents.

 MET/NY Times/ Wall Street Journal/Artchive

Les commentaires sont fermés.