Quand Patrick Bateman monte sur les planches…

C’est une, bien belle expérience, que propose le théâtre de Ménilmontant avec l’adaptation du célèbre best-seller de Breat Easton Ellis, American Psycho. Pour les néophytes, il s’agit des aventures de Patrick Bateman, un « golden boy » à qui tout réussit. Enfin, presque. Car quand vient la nuit, Patrick perd le contrôle de lui-même, il viole, torture et tue. Jusqu’où l’horreur peut-elle aller ?

La pièce a été écrite par Constance de Bock, et est mise en scène par Stéphane Anière, respectivement assistante de production et metteur en scène du Festival des Arts Martiaux de Bercy ; le moins que l’on puisse dire est que l’on prend une véritable claque tant les acteurs incarnent à la perfection leur rôle. Mention spéciale à Romain Canonne qui joue un Patrick Bateman ambivalent, détestable à souhait mais torturé sans fin par ses démons intérieurs. Les personnages sont hauts en couleur tour à tour agaçants, attachants et parfois même tristes, à l’image de Jean, la secrétaire malmenée de Patrick.

On peut être au départ un peu dérouté par le choix somme toute original d’un choeur omniscient, véritable rappel de la tragédie antique, qui peut figer l’action, la commenter ou encore livrer les pensées secrètes de Patrick. Les 3 femmes, aux personnalités assez différentes s’affrontent pour au final mieux se retrouver dans leur fascination, voire affection, pour Patrick Bateman.

En outre, le système de décor tournant, diablement bien maîtrisé, permet au spectateur de ne pas se perdre dans l’action tant la scène est bien investie. Les deux heures trente passent aussi vite qu’un TGV en rase campagne, mais néanmoins un petit entracte permet de se remettre les idées en place avant de replonger droit en enfer…

La pièce reprend demain, dépêchez-vous !

Plus d’informations ici

Les commentaires sont fermés.