Quarante ans résumés en quarante clichés

Figer le temps. Garder le souvenir éternel d’un moment éphémère. La vague actuelle des selfies en est la preuve : nous sommes obsédés par notre image et les souvenirs que nous créons par le simple clic d’un smartphone. Certains se prennent en photo tous les jours, d’autres tous les ans. C’est le cas des quatre soeurs Brown, immortalisées pendant près de quarante ans par le photographe américain Nicholas Nixon. Début octobre, le New York Times publiait la dernière photo d’une série démarrée quatre décennies plus tôt. Depuis le 21 février, et jusqu’au 10 mai 2015, le Musée du Temps de Besançon a le privilège d’exposer au public cette intime tranche de vie.

Au départ, ce n’était qu’une lubie exprimée par le photographe. Nicholas Nixon, professeur de photographie au prestigieux Massachusetts College of Art de Boston, était le mari de Beverly, l’ainée des quatre soeurs. Il souhaitait réaliser un portrait des quatre soeurs au naturel. C’est devenu, au fil des années, un rituel. De 1975 à 2014, Beverly, Heather, Mimie et Laurie se sont prises au jeu de la photo de famille. Chaque année, elles ont pris la pose dans le même ordre, de la plus jeune à la plus âgée, pour témoigner du temps qui passe. Elles ont posé au naturel, en extérieur, sans s’habiller de façon particulière, pour se dévoiler dans leur intimité de tous les jours.

Les photographies en noir et blanc, réalisées à l’aide d’une chambre photographique, les représentent serrées les unes contre les autres, dans des positions différentes, bien que toujours soudées. Les quatre soeurs sont toujours reliées entre elles par des jeux de mains ou de regard. L’absence de couleur donne une étrange harmonie à cette série de clichés, pourtant étalée dans le temps. L’idée est de concentrer le regard du spectateur sur la seule évolution physique des soeurs. Leurs expressions et leurs visages changent avec le temps, permettant de retracer le fil de leur vie au cours des années.

Une évolution saisissante se fait sentir entre le premier et le dernier cliché qui immortalisent les soeurs. Leurs visages ont beau avoir changé, la peau se creusant de rides et la chevelure se teintant de blanc, leur relation demeure identique : forte et soudée. C’est à cet amour, plus fort que le temps, que le photographe semble rendre hommage par son travail. En 2002, Nicholas Nixon avait décidé de regrouper ses photographies dans un livre intitulé « The Brown Sisters », édité par le MoMA. Elles seront présentées prochainement, par la Fraenkel Gallery à l’occasion de l’exposition Paris Photo, qui se tiendra au Grand Palais du 12 au 15 novembre 2015.

 

En savoir plus

Les commentaires sont fermés.