Richard Prince est peut-être en train de vendre vos photos Instagram

On savait déjà que le web n’était pas le meilleur endroit pour mettre en ligne des photos privés. A part si vous souhaitez que votre employeur tombe sur les clichés assez osés pris lors de votre dernière soirée arrosée. Une nouvelle menace rode désormais sur les réseaux sociaux. Plus particulièrement sur Instagram, qui est la proie d’un voleur sans scrupule. Son nom est Richard Prince. Cet artiste américain adepte de la « rephotographie » pourrait bien s’emparer des photos que vous avez posté sur votre compte Instagram et les vendre sans vous en demander la permission, si cela n’est pas déjà fait. Pour cela, il suffit d’une simple capture d’écran. Et vous ne toucherez pas un seul centime de cette transaction.

Vous pouvez aller constater par vous-même si vos photos sont concernées en vous rendant à la galerie d’art américaine Gagosian. L’exposition « New Portraits » met en avant 38 clichés Instagram que Richard Prince s’est réapproprié sans le consentement des personnes concernées. Pour contourner les droits d’auteur, il s’est contenté de rajouter au bas de chaque photo un commentaire publié depuis son compte officiel @richardprince1234. Il se sert ainsi d’un vide juridique grâce à la loi « faire use » américaine. Elle autorise notamment la reproduction à des fins critiques, de pédagogie, ou encore de commentaires.

Nombreux sont les artistes et les critiques d’art qui crient au scandale et dénoncent des vols. Pourtant, la justice a déjà donné raison à Richard Prince dans le passé. En 2013, il avait repris des photos de rastas jamaïcains réalisées par le photographe français Patrick Cariou dans un collage. Si le droit d’auteur existe, l’artiste l’évite d’ordinaire en changeant des paramètres infimes de la photographie qu’il s’approprie. Le plus souvent, il se contente de modifier légèrement le format ou les couleurs de l’oeuvre pour la faire sienne. Une pratique que beaucoup désapprouvent sans pouvoir rien y faire.

Quoi qu’il en soit, l’exposition de Richard Prince fait fureur à New-York et plusieurs de ses photographies ont déjà été vendues. Et ce, pas à n’importe quel prix. La somme moyenne à débourser pour obtenir l’un de ses clichés tirés d’Instagram s’élève aux alentours de 100 000 dollars. Une somme gigantesque compte tenu du fait que l’artiste n’est en rien l’auteur des images qu’il met en vente et dont il retire tous les bénéfices. De richissimes inconnus déboursent donc des sommes folles pour acquérir une photographie qu’ils pourraient tout simplement obtenir grâce à une capture d’écran sur l’écran de leur smartphone. Comme quoi, vos clichés sur Instagram peuvent bien valoir de l’or.

Crédits

Les commentaires sont fermés.