« The beautiful winners », une vente 100% street credibility chez Artcurial

Le 27 octobre prochain à Paris, Artcurial deviendra l’oeil du cyclone du street art pour les collectionneurs d’art contemporain. Faisant directement écho à la vente d’« Urban Art » du 4 février dernier qui avait rapporté la coquette somme de 2M€, « The Beautiful Winners » a de fortes chances de la surpasser sans pression.

Depuis maintenant quelques années le marché de l’art mondial s’intéresse à cette catégorie bien spécifique de l’art contemporain. Longtemps mis à l’écart et considéré comme une sous culture artistique, le street art a su conquérir en une décennie ses lettres de noblesse autant auprès des institutions culturelles que pour les collectionneurs. Le marché ultra complexe de l’art contemporain laisse ainsi la part belle au street art, qui brouille les pistes entre les différentes « subcultures »: graffiti, musique, pochoirs, stickers, installations, pour proposer un contenu en constante évolution. Artcurial, pionnière des ventes de graffiti et d’art urbain contemporain pose définitivement la couronne au sommet du street art afin de le sacrer officiellement en pleine FIAC. Les acheteurs et les visiteurs retrouveront ainsi différents univers qui caractérisent la richesse de ce mouvement : comics, graffiti, l’univers de la ride, et la photographie. Voici pour vous un petit florilège de la vente :

  • Retour sur les pionniers du graffiti américain avec le célèbre Dondi White et sa toile de 1985 « Bishop of Battle ». C’est grâce à cet artiste que le street art est entré aux forceps dans les galeries: « Un mec légendaire quoi. Les gens de sa partie l’appellent le Dabe et enlèvent leur chapeau rien qu’en entendant son blaze » comme dirait Audiard. Estimation de l’oeuvre, entre 40 et 60 000€. Et croyez nous, elle sera vendue à beaucoup plus.
  • Dans la série des types des années 80, n’oublions pas FUTURA 2000, avec deux oeuvres majeures : « Dangerous Dilemna » de 1985 (entre 50 et 70 000€) et une oeuvre antérieure sur papier qui est une compilation du vocabulaire artistique de FUTURA 2000 (l’atome, les roues, ou encore les pointmen, sorte d’humanoïdes avec un crâne pointu).
  • Banksy sera lui aussi à l’honneur le 27 octobre avec deux oeuvres majeures « Love in the air » et « Kill people » toutes deux faites en 2003. Elles expriment parfaitement les messages antisystème, anticapitaliste et antimilitariste de l’artiste anglais, au passage plus qu’adulé par « le système ». Carton assuré avec une estimation basse de 80 000€.
  • En écho au travail de Banksy, il y aura DRAN qui sera représenté par plusieurs oeuvres dont une des plus connues « Security » (entre 8 et 12 000€) qui sera une des attractions de la vente. Mêlant avec subtilité humour noir, cynisme et talent, DRAN est amené à prendre de plus en plus d’ampleur sur la scène contemporaine.
  • Conor Harrington, le passionné de peinture classique de street art et de violence sera lui aussi présent. Ayant fait ses armes dans les rues du Royaume-Uni, Conor Harrington est un grand favori de cette vente Artcurial car il est un des meilleurs peintres du street art. « The Killer inside me » impose le respect par une très grande maîtrise de médiums rarement utilisés ensemble : feuilles d’or, huile et peinture aérosol.
  • N’oublions pas JR, le favori des galeries parisiennes (thanks M. Perrotin) qui sera timidement là avec une oeuvre de son projet sur les « rides de la ville » : « Wrinkles of the city, Shanghai, China, Gi Ginsui » de 2010 estimée entre 35 et 45 000€. Et il en reste tant d’autres…

Vous pouvez venir observer ces oeuvres du 22 au 26 octobre avant leur dispersion !

Crédits et sources photographiques : Artcurial/Lazinc.

Les commentaires sont fermés.