TOP 5

Il est bien loin le temps du brouhaha des cantines bondées, où vous établissiez un étrange tirage au sort pour savoir qui irait chercher de l’eau et, en général, ce tirage était relatif à l’âge que vous aviez sous votre verre. En attendant l’arrivée du liquide merveilleux, dont l’objectif premier est d’étancher la soif, vous chantiez des chansons sans comprendre (qu’on se le dise) les paroles.

Pause nécessaire à la compréhension de votre enfance :
« Dans ma maison sous terre
O ma wé O ma wé
O téo téo ouistiti
O téo téo ouistiti
One, two, three »

WHAT THE FUCK !!! Qui a créé cette chose absurde? Non parce que ça part en français, ensuite ça part en langue inconnue, pour finir sur des petits nombres en anglais, genre posé je ne vois pas le problème j’aime compter les animaux.
Elle est bien loin cette semaine du goût au cours de laquelle le riz était le porte-parole officiel de toute l’Asie. Cette même semaine, une assiette de pâtes et de poulet était appelée « Plat Antillais ». En ce jour, qui n’a rien de particulier mis à part le fait qu’il ressasse ma mélancolie, établissons un petit top des goûts à travers le monde avec les titres dans les langues étrangères. Petit florilège !

TOP 5 des morceaux ni en français, ni en anglais, ni dans la langue des comptines pour enfants décérébrés.

Number Fiiiiive Cro, parce que le rappeur allemand Carlo Waibel dissimule ses 25 ans sous un étrange masque de panda (enfin je crois que c’est un panda). Ça sonne vraiment bien, main on ne regrette pas pour autant d’avoir choisi espagnol en LV2.

Number Fooooour Joao Gilberto, parce que le chanteur brésilien de 83 ans est l’un des pionniers de la bossa nova. Lorsqu’Ella Fitzgerald ou Frank Sinatra reprennent tes chansons c’est que tu pèses dans le milieu.

Number Threeeee Orishas, parce que le groupe de rap cubain s’est séparé en 2009 participant à une dépression collective. Petit cocktail au soleil et Orishas en fond sonore, quoi de mieux pour oublier la ville dans laquelle vous vivez à « mille au mètre carré » #OxmoPuccinoForever.

Number Twooooo Tama avec Snimbe, parce que le morceau malien en collaboration avec la chanteuse anglaise, d’origine indienne Susheela Raman, n’est pas dans la compilation « Nature et découverte ». Le premier, ou la première, qui sort une phrase qui comprend le mot « Kirikou », « roi », « lion », ou « fétiche » je viens chez lui pour le frapper… Mais le frapper fort…Vraiment. On se détend, on apprécie, on se tait.

And the winner is….. Nujabes, parce que leur remix de Samourai Champloo, et du titre Shiki No Uta, participe au métissage d’un petit son bien sympa et de la langue japonaise de la chanteuse Minmi.

Crédit photo : topito.com

Les commentaires sont fermés.