TOP 5

Je me fascine pour les chiffres du coup j’en perds mon temps. Malgré mon air absent je compte bien le rattraper. Question d’âge, d’heure, ou d’hérédité, pour mieux m’y retrouver je n’ai qu’à numéroter. Nu mais discret leur chiffre est imparfait, question de taille peut-être ? Mais qu’ont-ils à cacher…
Je me fascine pour les chiffres, mais j’ai choisi le sept, c’est sûr que c’est ce chiffre qui me portera chance. Hasard ou pas, tout ça m’est égal, car plus j’avance et moins j’ai le temps d’apprécier. Au fond chaque fois que la musique divise, nos engagements sont multipliés.
Je me fascine pour les chiffres, retour il y a sept ans de septembre aux sept membres d’un groupe il n’y a qu’un pas. A quoi bon réciter je ne me comprends même pas. Sept ans avant, je m’éprends de ces titres qui repassent de temps en temps aujourd’hui. Sans méprise j’expose les brises musicales qui me font regretter de ne pas me calmer, écouter, prendre mon temps. Petit florilège !

TOP 5 des sons d’il y a sept ans, les tubes de 2008 qui nous rendent nostalgiques, tel un oncle bourré dans une salle des fêtes qui hurle « voilà voilà ça c’était de la musique bande de petits cons » !

Number Fiiiiive I’m Yours, parce que Jason Mraz a relancé la mode des chapeaux auprès de tous les bruns mystérieux qui partaient en vacances. Un Ukulélé ou une guitare, des potes qui chantent « youhou » derrière en claquant des doigts, un petit chapeau et hop, l’attirail du séducteur qui est devenu très pote avec le vendeur de beignets de la plage.

Number Fooooour Sexual eruption, parce qu’il y a la version censurée Sensual seduction, mais que chez Art/ctualité il y a des thug donc on vous donne les vrais titres ! Snoop Dogg fidèle à lui-même j’ai envie de dire.

Number Threeeee I’ll be waiting, parce que Lenny Kravitz vous permet de danser des slows en 2008, c’est à dire à l’époque où ça existait encore, et où on ne s’embrassait pas en boîte avant de s’être dit bonjour. De toute façon Lenny sera dans tous les tops s’il le faut parce que c’est comme ça.

Number Twooooo Beggin parce que Madcon (Mad Conspiracy) c’est un groupe de rap norvégien influencé par Outkast et Gnarls Barkley. Sur le papier ça a tout pour être génial, et ça l’est, avec cette reprise de The Four Season, groupe de rock des années 60.

And the winner is….. American Boy, parce qu’Estelle et Kanye West c’était quand même autre chose que Youssoupha et Indila…Le clip rappelle un peu la nouvelle collaboration de Kanye avec Rihanna, et le jeune chanteur qu’elle a décidé de prendre sous son aile Paul McCartney. « Didascalie-soupir » on parvenait à s’ambiancer à l’époque.

Crédit photo : lespiedsblancs.wordpress.com

Les commentaires sont fermés.