WEI OR DIE 

WEI OR DIE est une fiction d’un genre nouveau, une fiction interactive, pensée par Simon Bouisson.

Fiction 2.0…
Ici le week-end d’intégration est mis à l’honneur. Une centaine d’étudiants partent à la campagne afin de créer des contacts entre les 1ere et 2eme années. Au cours de ce week-end, un étudiant meurt. Le but de cette fiction est donc de retracer, à notre guise ces deux jours avec les étudiants et de trouver ce qui a pu se passer.

Je m’explique : le spectateur ne sera pas passif devant un court métrage, non. L’histoire nous appartient et nous devons la développer. Le concept est réellement bien pensé et agréable. On se balade d’événements en événements, chaque séquence correspond à un moment filmé par un étudiant, que ce soit avec son portable, sa caméra ou son appareil photo. On choisit le médium qui sert à filmer, il est possible de couper la scène ou bien d’attendre la fin du passage. On est en plein coeur d’une expérience interactive, c’est vraiment un genre nouveau et c’est nous qui décidons du point de vue, de la longueur de la séquence, du rythme, nous sommes clairement les « maîtres » du film, un peu comme si nous avions tout réalisé nous-mêmes tant et si bien qu’on a presque l’impression de jouer nous aussi un rôle au coeur de ce week-end d’intégration.
Dans un premier temps, on pourrait penser que la continuité du récit serait alors brisée, que l’histoire n’aurait plus aucun sens, or il n’en est rien. Tous les passages, peu importe leur déroulement, permettent une compréhension claire de l’histoire. Les séquences donnent vraiment l’impression d’avoir été filmées par des étudiants, un peu « à l’arrache ». L’image est trouble, floue parfois, et passe d’un personnage à un autre. On a le sentiment de regarder, à la va-vite, des vidéos dans le téléphone d’un de nos potes.

Ce nouveau genre de fiction pourrait bien devenir de plus en plus en vogue, car c’est une façon innovante de solliciter le spectateur, d’interagir avec lui. En soi, une nouvelle manière de le garder « connecté ».

Avec quelques points noirs
Tout d’abord, le projet veut plonger « l’utilisateur » au coeur du WEI. Or, des passages sont clairement montés, on constate des ralentis et des effets, ce qui n’est pas en adéquation avec l’ambition première. Les images sont censées être brutes, et on doit avoir accès à l’information tout de suite, au retour des étudiants. Mais là nous voyons bien que les images ont été retravaillées.
Encore mieux, le cliché du WEI est poussé à l’extrême. Un WEI, c’est un week-end où des jeunes gens de grandes écoles, pas seulement celles de commerces, se réunissent le temps de deux jours, anciens et nouveaux élèves, dans le but de « créer des liens ». Les bizutages sont à l’honneur, l’alcool et le sexe aussi. Ici, le projet voulait illustrer les prises de pouvoir au sein de ces groupes scolaires. Or, rien n’illustre clairement ce type de fonctionnement. L’humiliation est le mot d’ordre, et hélas, on ne ressent à aucun moment l’esprit « bon enfant » du WEI. Il est vrai que les bizutages vont parfois trop loin, mais pour WEI OR DIE, on a l’impression de voir pendant 45mn des jeunes se mettre dans des situations misérables, et de boire des quantités affolantes d’alcool.
Aussi, on nous promet l’élucidation d’un meurtre, or on sait d’emblée qui est le tueur. Il n’y a pas d’intrigue et c’est bien dommage.
La fiction interactive, avec cette idée de trouver le coupable, aurait pu être le moyen idéal d’intégrer le spectateur au projet. Il aurait dû chercher, analyser chaque séquence, en faisant attention au moindre détail pour ne rien laisser au hasard. C’était ce qui nous était promis au début. On nous dit de bien faire attention afin de trouver le coupable. Mais la réalité est tellement évidente que l’histoire se termine beaucoup trop vite, et l’on reste sur notre faim.

Dans l’ensemble, l’idée de fiction interactive est très intéressante. Demander au spectateur d’être maitre du déroulement de l’histoire, c’est quelque chose que j’ai adoré. Il est cependant dommage qu’il n’y ait pas plus d’intrigues, de psychologie, car pour le coup, cette expérience aurait été parfaite !
Néanmoins, il reste un bon gros clin d’oeil aux soirées étudiantes. Je vous le conseille, ça rappelera des choses à beaucoup d’entre vous !

Pour tenter l’aventure, c’est ici

Les commentaires sont fermés.