Yves Marchand et Romain Meffre, photographes de la désindustrialisation

Sous l’impulsion d’Hugo, mais surtout de Baudelaire, la ville, son fourmillement, son industrie sont devenus, depuis le XIXe siècle, un objet artistique à part entière. Un symbole de modernité même. Mais, que devient la ville lorsque sa désindustrialisation s’est achevée ? Que se passe-t-il lorsque l’homme a tout abandonné ? Qu’advient-il de ces palais d’acier ? Autant de questions auxquelles tentent de répondre Yves Marchand et Romain Meffre, deux photographes parisiens.

Après avoir usé chambres, focales, négatifs et objectifs dans les bâtiments délaissés de Paris et sa région, le duo a décidé de capturer des friches industrielles en Europe, notamment dans l’ex-Allemagne soviétique. Mais, leur travail prend une dimension incroyable lorsqu’ils décident d’immortaliser Détroit, la ville américaine ravagée par la crise, où le mot désindustrialisation prend tout sens. De même qu’à Gunkanjima. Une île au large de la mer de Chine, qui un temps, fut le territoire le plus densément peuplé au monde et qui, aujourd’hui, est absolument déserte, vide de toute âme. Elle aussi frappée par cette fuite de l’industrie…

Alors, face à ces clichés, on reste fasciné. Un mélange d’émotions vous traverse. On a l’impression d’être projeté dans un temps qui n’a pas existé, et qui n’aurait d’ailleurs pas de temporalité. Vous êtes là, face au vide, on pourrait même dire au silence. Ces mastodontes de béton et de fer imposent une certaine puissance, un vertige aussi, tant ils sont infiniment vides.
Et puis, après les avoir observés, on prend conscience du chaos qui y règne, ce sont des zones sans aucun ordre, ou existe un affrontement sourd entre la nature qui reprend ses droits, et les matériaux bruts qui tentent de subsister. On prend également conscience des ravages d’une crise économique, d’une crise sociale qui affecte donc, même, les édifices les plus lourds.

Véritables explorateurs de notre passé, Yves Marchand et Romain Meffre nous offrent leur regard mélancolique et sublime sur une histoire, celle d’une désindustrialisation à la vitesse folle. Vous pourrez retrouver les travaux extraordinaires des deux photographes jusqu’au 28 février à la Polka Galerie.

http://www.marchandmeffre.com/

Crédits photos : © Yves Marchand et Romain Meffre

Les commentaires sont fermés.